Leçons tirées de la mort tragique d'un journaliste d'Al Jazeera

Photo de profil de 423084
Becca Wertman
|23 mai2022
Vignette

Au cours des deux derniers mois, Israël a été secoué par une vague d'attentats terroristes qui ont coûté la vie à 19 Israéliens juifs, arabes et druzes. Certaines de ces attaques ont été condamnées par les politiciens et les médias canadiens. Cependant, le plus récent de ces crimes odieux - le meurtre à la hache et au couteau par deux terroristes palestiniens de trois hommes juifs, Yonatan Havakuk, Boaz Gol et Oren Ben Yiftah, qui a laissé 16 enfants sans père - a été largement ignoré au Canada. Malheureusement, lorsque des Juifs sont assassinés, cela fait rarement la une des journaux.

Comparez cela à la réponse à l'horrible événement du 11 mai, lorsqu'une journaliste d'Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, a été tragiquement tuée dans une fusillade entre des militants palestiniens armés et les Forces de défense israéliennes (FDI). Les journalistes qui couvrent les zones de conflit risquent leur vie pour assurer la transparence des événements mondiaux et il est déplorable qu'ils soient victimes de la guerre. Leur sécurité est vitale.  

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a rapidement publié une déclaration de sympathie, puis un autre tweet demandant une enquête. D'autres députés canadiens lui ont emboîté le pas. Certains politiciens et correspondants des médias canadiens ont même carrément accusé Israël d'être responsable de sa mort, sans résultats des enquêtes en cours et face aux déclarations des experts médico-légaux palestiniens selon lesquelles ils ne pouvaient pas encore déterminer si c'était un tir palestinien ou israélien qui l'avait tuée. D'autres sont allés jusqu'à penser qu'un crime de guerre avait peut-être été commis.

Le fait est qu'à ce stade, personne ne sait si ce sont des tirs palestiniens ou israéliens qui ont tué Abu Akleh. Ce que nous savons est le suivant : Les forces israéliennes menaient des opérations antiterroristes à Jénine, en réponse à la récente vague d'attentats terroristes, lorsqu'elles ont été la cible de tirs nourris de militants palestiniens. Il y a eu un échange de tirs entre les deux parties, les militants palestiniens tirant des milliers de balles et les FDI en tirant quelques dizaines. Abu Akleh, qui était en reportage à proximité, a été touché par une balle et tué. Pour compliquer les choses, les Palestiniens et les Israéliens utilisent souvent les mêmes types de munitions.  

Suivant le protocole approprié, Israël a demandé à l'Autorité palestinienne de participer à une enquête conjointe sur l'incident. L'Autorité palestinienne a refusé. Israël a demandé à l'Autorité palestinienne d'examiner la balle qui, avec le corps, est en leur possession. Là encore, l'Autorité palestinienne a refusé. Israëlmène une enquête en utilisant "tous les outils à notre disposition afin de parvenir à la vérité." Le 19 mai, l'IDF a déclaré que, sur la base de sa première analyse, elle a réduit le nombre d'armes de l'IDF qui pourraient être impliquées dans l'échange de tirs, mais sans la balle et la coopération de l'Autorité palestinienne, il est encore impossible de connaître toute l'histoire. L'Autorité palestinienne a également déclaré qu'elle mènerait sapropreenquête .

Citation

Les revendications prématurées de culpabilité ne sont pas seulement inutiles - elles sont nuisibles - à tout effort d'enquête, tout comme les revendications infondées de crimes de guerre destinées à dynamiser une situation déjà tendue. 

En effet, comme beaucoup l'ont noté, ciblant les journalistes est illégal en vertu du droit international, car les journalistes sont considérés comme des civils. Comme le définit l'article 79 du Protocole additionnel I aux Conventions de Genève, "les journalistes engagés dans des missions professionnelles dangereuses dans des zones de conflit armé sont des civils au sens de l'article 50 (1). À ce titre, ils bénéficient de toute l'étendue de la protection accordée aux civils en vertu du droit international humanitaire." Comme beaucoup l'ont noté, Abu Akleh portait un casque et un gilet de presse. Par conséquent, si l'enquête démontre que les forces armées l'ont spécifiquement ciblée, leur action s'apparenterait à un crime de guerre. Toutefois, en l'absence de toute preuve, il est possible que, dans l'échange de tirs, une balle perdue l'ait touchée et tuée. Bien que dévastateur, cela ne constituerait pas un crime de guerre.  

Nous connaîtrons bientôt les détails des enquêtes qui, malgré le refus de l'Autorité palestinienne d'y participer, permettront de faire la clarté. Les responsables doivent être tenus de rendre des comptes.  

Si l'enquête montre qu'Israël est en faute, alors l'histoire a montré qu'Israël reconnaîtra l'action, étudiera la série d'événements, veillera à ce que ses forces tirent les leçons de cet incident, et que des mesures disciplinaires ou des actions en justice pertinentes seront prises. Si, toutefois, il est déterminé que les militants palestiniens sont responsables, on ne sait pas quels efforts seront entrepris pour empêcher un tel incident malheureux à l'avenir. Ce qui est déjà clair, cependant, c'est qu'il est facile de sauter aux conclusions, et que le meurtre de Juifs - lorsqu'ils sont visés par des attaques terroristes - intéresse moins la communauté mondiale qu'une occasion de diaboliser l'État juif.

Citation

Restez au courant !

Obtenez toutes les dernières informations grâce à notre bulletin d'information, "This Week in Canadian Jewish Advocacy".

Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) est l'agence de représentation de Fédérations juives du Canada -UIA, représentant Fédérations juives à travers le Canada. En cliquant sur "S'inscrire", vous acceptez de recevoir des mises à jour périodiques du CIJA. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) est l'agence de représentation de Fédérations juives du Canada - UIA, représentant les fédérations juives à travers le Canada. En cliquant sur  «  S'inscrire , »  vous acceptez de recevoir des mises à jour périodiques de CIJA. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.
test
Photo de profil de 423084
À propos de Becca Wertman
Becca Wertman-Traub est une Canadienne-Israélienne qui vit à Jérusalem. Elle est directrice de la recherche au Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA).
Laissez un commentaire
Connectez-vous avec
Veuillez vérifier votre e-mail pour un lien permettant d'activer votre compte.