Q&R pour les employés non syndiqués

Cliquez ici pour télécharger cette ressource.

Les informations fournies ici ne constituent pas, et ne sont pas censées constituer, un avis juridique ; en revanche, toutes les informations et le contenu sont fournis à titre d'information générale uniquement.

 

Q&R pour

Non syndiqués

Salariés


Que dit la loi à propos de antisémitisme sur le lieu de travail ? 

  • Les lois fédérales et provinciales interdisent antisémitisme et la discrimination ou le harcèlement racial sur les lieux de travail au Canada. La législation sur la santé et la sécurité au travail et les codes des droits de l'homme protègent les salariés canadiens contre toutes les formes graves d'intimidation, de discrimination et de racisme manifeste de la part de leurs collègues, de leurs employeurs, de leurs directeurs et même de leurs clients et de leurs fournisseurs.
  • En Ontario, par exemple, antisémitisme, les slogans haineux et les comportements fautifs à motivation raciale peuvent être traités par le Code des droits de l'homme de l' Ontario (le "Code") et la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l'Ontario (la "Loisur la santé et la sécurité au travail "). Le Code interdit la discrimination ou le harcèlement fondés sur certains motifs protégés, notamment l'origine ethnique, le lieu d'origine et la croyance, tandis que le harcèlement sur le lieu de travail est spécifiquement interdit par la Loi sur la santé et la sécurité au travail.
  • En vertu du Code, tout employé sous réglementation provinciale a droit à un traitement égal en matière d'emploi, sans discrimination, et à l'absence de harcèlement sur le lieu de travail, pour tous les motifs interdits. Le Code et la LSST définissent le "harcèlement" comme le fait de se livrer à une série de commentaires ou de comportements vexatoires dont on sait ou devrait raisonnablement savoir qu'ils sont importuns. La LSST est toutefois plus précise en ce sens qu'elle spécifie que le commentaire ou le comportement ne doit pas être dirigé contre un travailleur sur un lieu de travail.
  • Dans d'autres provinces, une législation similaire s'applique. Dans les lieux de travail réglementés au niveau fédéral, tels que les banques et les transports aériens, la loi canadienne sur les droits de la personne et le code du travail du Canada offrent des protections similaires et solides aux employés confrontés au harcèlement ou à la discrimination raciale ( antisémitisme ).

 

Comment savoir si un commentaire ou un comportement est antisémite ?

  • La définition de travail des Alliances internationales pour la mémoire de l'Holocauste ("IHRA") de antisémitisme est "une certaine perception des Juifs, qui peut s'exprimer sous forme de haine à l'égard des Juifs". Toutefois, étant donné les définitions de plus en plus larges et concurrentes de antisémitisme, il n'est pas toujours facile de déterminer ce qui constitue exactement un commentaire ou un comportement antisémite.
  • Toutefois, un commentaire ou un comportement serait probablement considéré comme antisémite s'il avait le potentiel d'être préjudiciable, discriminatoire, menaçant ou dégradant à l'égard du peuple juif et/ou s'il avait un impact négatif sur lui. Un commentaire ou un comportement peut être antisémite même s'il n'a pas été fait dans l'intention de l'être.

L'IHRA a publié une liste non exhaustive d'exemples de antisémitisme, que l'on peut trouver ici. Même si le comportement ne s'élève pas au niveau de antisémitisme, il peut néanmoins constituer un harcèlement ou une discrimination.

Si vous n'êtes pas sûr qu'un commentaire ou un comportement sur le lieu de travail soit antisémite, vous pouvez quand même signaler ce comportement à votre employeur et, si vous pensez de bonne foi qu'il est raisonnable de le faire dans ces circonstances, vous avez légalement le droit de le faire. Vous pouvez également contacter le CIJA pour obtenir de l'aide.

 

Que faire en cas de commentaire ou de comportement antisémite sur le lieu de travail ?

  • Documentez tout ce qui a été dit ou entendu (y compris une chronologie des événements, des captures d'écran et un compte rendu de ce qui s'est passé immédiatement après l'incident) et indiquez les noms de tous les témoins des commentaires ou de la conduite.
  • Selon votre employeur, il peut y avoir plusieurs options. En cas de doute, adressez-vous à votre service des ressources humaines.
  • Les employeurs sous réglementation fédérale sont tenus d'accepter les plaintes pour harcèlement et discrimination dans le cadre d'une procédure distincte.
  • Pour les autres employeurs, vous devez vous adresser à votre supérieur ou au service des ressources humaines.
  • Vous devez toujours consulter les politiques de votre entreprise en matière de harcèlement ou de discrimination sur le lieu de travail, qui comprendront probablement la possibilité de déposer une plainte officielle.

 

Qu'est-ce que le "lieu de travail" ? 

  • Le "lieu de travail" comprend le bureau physique dans lequel vous travaillez ainsi que les autres lieux que vous fréquentez dans le cadre de votre emploi, y compris les événements liés au travail, les conférences, les sessions de formation, les événements organisés lors de voyages d'affaires, les sites des clients, les événements parrainés par l'entreprise et/ou les communications liées au travail. Le lieu de travail n'inclut toutefois pas les conversations personnelles ou les interactions avec des collègues qui ont lieu en dehors du travail ou dans le domaine public.
  • Toutefois, les messages publiés sur les plateformes publiques de médias sociaux, en particulier ceux qui figurent sur des profils qui identifient explicitement votre employeur par le biais d'une liste de carrières ou d'un lien hypertexte direct, peuvent à juste titre faire l'objet d'un examen minutieux de la part des employeurs. Par conséquent, si un contenu antisémite, haineux, raciste ou discriminatoire est publié sur un profil "personnel", un employeur peut néanmoins décider d'enquêter, de prendre des mesures disciplinaires ou de prendre d'autres mesures à l'encontre d'un employé qui publie des messages au détriment de l'employeur.

 

Quelles sont les obligations de l'employeur s'il reçoit une plainte pour propos ou comportement antisémite sur le lieu de travail ?

  • En vertu de la LSST, les employeurs ont l'obligation de mener des enquêtes sur les incidents et les plaintes de harcèlement au travail, en fonction des circonstances.
  • À l'issue de l'enquête, le travailleur prétendument harcelé et l'auteur présumé du harcèlement (s'il s'agit également d'un travailleur de l'entreprise) seront informés par écrit des résultats de l'enquête et de toute mesure corrective qui a été ou sera prise à la suite de l'enquête. Il est interdit à l'entreprise, y compris à ses directeurs et superviseurs, de prendre des mesures défavorables à l'encontre d'un travailleur qui a déposé une plainte pour harcèlement.
  • Consultez la politique de harcèlement ou de discrimination en vigueur sur votre lieu de travail. 

 

Que se passe-t-il si le commentaire ou le comportement antisémite est le fait d'un supérieur ?

  • Si le commentaire ou le comportement antisémite est le fait d'un directeur ou d'un autre supérieur, vous devez tout de même signaler l'incident dans le cadre de la procédure normale.
  • Les politiques en matière de harcèlement ou de discrimination en vigueur sur votre lieu de travail comprendront probablement un passage indiquant qui contacter si l'auteur présumé du harcèlement est votre supérieur hiérarchique, qui est généralement le point de contact. Si aucun autre point de contact n'est prévu par la politique, vous devez contacter les ressources humaines.
  • Consultez votre service des ressources humaines pour obtenir des conseils sur la manière de gérer le comportement d'un supérieur.

 

Quelles mesures dois-je prendre si je fais l'objet de mesures disciplinaires ou si je suis licencié en raison de mon soutien à Israël ?

  • Le soutien à Israël, en l'absence de toute violation de la politique de l'entreprise, n'est pas un motif de sanction disciplinaire.
  • Si vous êtes sanctionné par un supérieur en raison de votre soutien à Israël, vous pouvez signaler ce comportement comme étant du harcèlement ou de la discrimination. Si votre soutien à Israël est lié à un motif protégé par le code des droits de l'homme (par exemple, l'origine ethnique, le lieu d'origine ou la croyance), il pourrait s'agir d'un cas de discrimination.
  • Dans de telles circonstances, vous pouvez contacter un avocat pour engager une action en justice contre votre employeur. Vous pouvez également déposer une plainte pour violation des droits de l'homme contre votre employeur. Le CIJA peut vous aider dans cette démarche.
  • Si, aux côtés d'Israël, vous faites des commentaires ou adoptez un comportement qui pourrait être considéré comme harcelant ou discriminatoire par d'autres travailleurs, cela pourrait constituer un motif de sanction disciplinaire.
  • Il est toujours approprié (et juridiquement conseillé) de faire preuve de dignité, de civilité et de respect lorsque l'on exprime son soutien à Israël et que l'on s'élève contre le racisme, antisémitisme, et le harcèlement ou la discrimination - sur le lieu de travail et au-delà.

 

Que dois-je faire si j'apprends qu'un collègue a tenu des propos ou s'est comporté de manière antisémite en dehors du lieu de travail ?

  • Nonobstant la définition du "lieu de travail" ci-dessus, si, par exemple, un collègue publie quelque chose en ligne qui pourrait être considéré comme menaçant, offensant ou contraire à la politique de l'entreprise (par exemple, la politique de l'entreprise en matière de médias sociaux, la politique en matière de violence et de harcèlement sur le lieu de travail ou de discrimination, etc.
  • Si le message est public et si l'employé s'identifie comme un employé de l'organisation, il peut éventuellement faire l'objet de mesures disciplinaires (conduite en dehors du service). Faites des captures d'écran et contactez les ressources humaines.
  • Les commentaires antisémites ou les comportements haineux d'un travailleur en dehors du lieu de travail doivent être signalés. La question de savoir si l'employeur va - ou doit - enquêter sur l'incident et/ou prendre des mesures correctives à l'encontre de l'employé fautif dépend des circonstances.

 

Quand dois-je consulter un avocat au sujet de antisémitisme sur le lieu de travail ? Quelles mesures les avocats peuvent-ils prendre pour lutter contre le travail sur le lieu de travail antisémitisme?

  • Vous devriez consulter un avocat au sujet de antisémitisme sur le lieu de travail une fois que vous avez épuisé toutes les voies internes pour rectifier la situation.
  • Par exemple, si vous avez déposé une plainte auprès de l'entreprise concernant un incident survenu sur le site antisémitisme et que l'entreprise refuse d'enquêter, ou si vous subissez un traitement défavorable sur le lieu de travail en raison de votre religion ou de vos opinions sur Israël, il peut s'agir d'un problème qu'il convient d'aborder avec un avocat.
  • Votre avocat vous informera de vos droits et travaillera avec vous pour déterminer la meilleure marche à suivre.

 

Quelles sont les autres ressources disponibles pour les employés confrontés à antisémitisme sur le lieu de travail ?

Nous vous invitons à consulter les ressources proposées par le ministère du Travail de l'Ontario.

Questions, commentaires ou préoccupations ?

Prenez contact avec nous à l'adresse suivante [email protected]